«

»

juin 11

Arrivés en Birmanie, premier choc des cultures

Le premier contact avec le pays se fait à l’aéroport de Yangon, l’absence de transport public, surprenant pour un pays de cette taille (51 millions d’habitants),  nous oblige à négocier un taxi à 5 $.  Le ton est donné et le contraste avec Bangkok est saisissant. Les voitures semblent être d’une autre époque, la route est goudronnée mais le chauffeur essaye d’en éviter les pièges. La nuit tombe sur la ville et les lampadaires peine à diffuser une lumière blafarde… Arrivé à notre hôtel, on peine à croire qu’on se trouve en plein centre-ville tellement la rue parait abandonnée. Heureusement on nous accueille très chaleureusement.

Le lendemain, notre première mission est de changer de l’argent, ce qui n’est pas des plus simple dans ce pays (voir article sur le change). Armés de nos Dollars et de nos Kyats (monnaie locale), nous prenons le chemin de la pagode Shwedagon. Dans les livres, elle est définie comme étant la plus belle, impressionnante et grandiose au monde. En effet, ces superlatifs ne sont pas de trop pour décrire ce monument extraordinaire. Dès notre arrivée, on est de suite impressionnés par l’étincelante symphonie d’ors et de couleurs. Le stupa, élément central, mesurant environ 100 mètres de haut, est recouvert par plus de 700 kg d’or! Celui-ci est entouré de 64 pagodons où peuvent se recueillir chaque visiteur.

Nous passons plus de deux heures à déambuler dans ce lieu magique où se dégage une atmosphère unique et envoutante.

Nous continuons notre route vers une seconde pagode où serait caché le plus grand bouddha couché du pays (selon notre guide du routard!). Nous passons plus d’une heure à le chercher en demandant notre route plus d’une dizaine de fois mais chaque explication nous enfonce de plus en plus vers un bidonville. La route semi-goudronnée trace un chemin dans la forêt, des cabanes en bois insalubres tiennent entre elles grâce à de vieilles bâches tendues en guise de toit, des chiens errants essayent de trouver de quoi se mettre sous la dent… Pourtant les habitants surpris de nous voir passer ici, lancent de grands sourires et essayent de baragouiner les quelques mots d’anglais qu’ils connaissent. Nous faisons demi-tour plusieurs fois afin de trouver cette pagode mais finalement nous décidons sagement de rebrousser chemin en taxi.

Le plus grand bouddha couché de Birmanie restera pour nous un mystère.

 

3 commentaires

  1. Cin

    Quel dépaysement, merci!
    Les photos sont déjà magnifiques….Quel monument grandiose.
    Bonne route,

    Grosse pensée et gros bisous

  2. Clem

    Trop beau ces temples, vous déchirez les amis !!

  3. Julhypothétique

    …la nuit est ensuite agité. j’ai, sans savoir véritablement pourquoi, de grandes difficultés à m’endormir. Quand brusquement, la révélation! Je réveille alors Guillaume et lui chuchote:
    – 700 kilos d’or!!!
    – m’en parle pas j’y pense depuis ce matin (me répond-il)

    Soulagé à l’idée que nous partagions le même objectif nocturne je me hâte alors:
    – Prends les lampes moi je réuni le marteau et le burin, demain soir on dort dans un quatre étoiles.

    Je me souviens encore du bruit de nos pas parcourant la route menant au stupa, ainsi que celui de la sirène de la police local. Certes ce ne fut pas un quatre étoiles, mais la souplesse des matelas de la cellule n’a rien à envier à un bon « Formule 1″ franchouillard.

    Si le coeur vous en dit envoyez nous des oranges

    Julhypothétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


1 × sept =