«

»

août 01

Éclairage sur les petites commissions que les banques s’octroient sur chaque retrait à l’étranger

C’est un coup de gueule contre les banques qui me pousse à faire cet article. Ces établissements qui se vendent comme nos partenaires financiers, profitent de notre incrédulité et se servent impunément sur nos comptes sous le couvert de frais bancaires opaques. Pour avoir épluché en détail les commissions ponctionnées sur mes retraits à l’étranger et partagé l’expérience de plusieurs voyageurs, il est clair que rien est clair en matière de frais bancaires et que même si chacun se sent concerné, peu en comprennent réellement les enjeux. En ces temps de post crise financière, où les banques ont perdu de leur crédibilité, arrêtons de nous faire plumer, c’est le moment où jamais de refuser cette fatalité. Décryptage.

1835 € de frais bancaires en 15 mois

1835 €, c’est la somme ajoutée de tous les frais bancaires qu’auraient pu se verser les banques en 15 mois, si on n’avait pas fait attention à la manière de gérer notre budget de voyage. Escroquerie ? Scandale ? Abus ? Je ne demande qu’à comprendre où va cet argent et si le système bancaire mondial, aussi compliqué soit-t-il justifie de telles sommes en frais de fonctionnement.

Pour étayer mon propos voici le détail du calcul :
Notre budget total pour 15 mois de voyage pour 2 personnes est de 30000 euros. Pour disposer de cette somme déposée sur notre compte bancaire de la BNP-Paribas, nous retirons avec notre carte Visa Premier aux distributeurs automatiques de billets (DAB). Chaque retrait est commissionné par la banque émettrice (BNP) à hauteur de 2,9% à laquelle s’ajoute une commission fixe de 3 €. Pour éviter au maximum cette dernière, nous débitons la plus grosse somme possible en prenant le risque de stocker beaucoup de devises en cash sur nous. Le problème c’est que nombre de DAB dans le monde plafonnent chaque retrait à une somme dérisoire : 100 € au Laos, 140 € en Argentine, 200 € en Bolivie par exemple. Avec aussi peu de liquidité, nos dépenses quotidiennes nous obligent à réitérer l’opération plusieurs fois par semaine suivant les pays, multipliant par conséquent les commissions fixes à la fois ponctionnées par la banque émettrice (3 €) et par la banque dans laquelle on retire (souvent 2%).

Pour résumer sur notre budget de 30000 €,
870 € sont ponctionnés par la BNP en commission variable de 2,9%,
200 € s’ajoute à cette somme pour la commission fixe de 3 € par retrait (en se basant à minima sur 1 retrait par semaine sur 15 mois),
600 € sont gardés par les banques locales au moment du retrait (en moyenne 2% suivant les pays et les DAB),
Sans oublier les frais annuels de la carte Visa Premier de 165 € pour 15 mois,
L’addition nous donne un total de 1835 € partis en fumée dans les méandres du système bancaire mondial.

Comment minimiser ses frais bancaires


Ce calcul est une estimation qu’il faut savoir nuancer car avec quelques astuces, on peut diminuer de façon significative ses frais bancaires. En effet, même si ça demande parfois beaucoup de volonté, il est possible de trouver des établissements qui :

  • Ne prennent pas de commissions lors d’un retrait dans leur DAB.
  • Ne fixent pas de plafond maximum par débit.
  • Offrent la gratuité de certaines prestations.

Ainsi pour trouver un partenaire financier pour notre projet de voyage, nous avons fait le tour de plusieurs enseignes qui nous ont proposé diverses solutions :

  • 2 retraits sans commission offerts par mois.
  • Aucun frais sur les débits en échange d’un abonnement mensuel.
  • Abaissement du taux de commission variable.
  • Partenariat avec des banques étrangères.
  • Carte bancaire gratuite.
  • Rien du tout pour certaines…

Nous avons choisi une banque qui dispose de plusieurs accords avec des établissements partenaires situés dans 6 pays que nous traversons et nous avons négocié 2 ans de carte Visa Premier offert. Ainsi avec un minimum d’organisation, nous avons planifié nos retraits en fonction de ces agences et ceux-ci ne nous ont pas été facturés. En prenant le risque d’avoir beaucoup d’argent liquide sur nous, nous avons pu limiter les frais bancaires à environ 500 euros sur 15 mois de voyage.

Quels sont les autres solutions ?

Le problème du système bancaire aujourd’hui, c’est que nous en sommes totalement dépendant. D’autres solutions existent cependant mais ne sont pas forcément viables :

  • Opter pour une banque en ligne qui propose des commissions allégées (2%).
  • Voyager avec l’intégralité du budget en liquide, déclinées en grosses coupures et les dissimuler dans ses affaires. Même avec 1835 € de marge de perte, c’est peu probable que le jeu en vaille la chandelle.
  • Retirer au guichet des agences. Même si les commissions sont plus importantes (environ 5% suivant les établissements), il n’y a pas de plafond comme aux DAB, un savant calcul à faire.
  • Utiliser les réseaux Western Union ou MoneyGram mais les commissions de 5% à 6% par envoi auraient eu quasiment eu le même effet.
  • Tester les monnaies virtuelles type BitCoin qui permettent de transférer des fonds à l’international moyennant une commission et de les récupérer chez un prestataire agréé. Pas sûr que ce système soit développé dans tous les pays.

Mais où va cette argent ?

Je comprend que pouvoir disposer partout dans le monde de notre argent ait un coût, je conçoit que des frais s’appliquent pour l’utilisation des réseaux Visa ou MasterCard et pour financer les différents intermédiaires qui réclament probablement leur part du gâteau. Seulement je me demande quels sont leurs coûts réels et où va le reste ?
Une transparence qui devrait être imposée aux banques surtout qu’aucune d’elles ne propose les mêmes frais sur ces opérations. Par exemple on peut se demander pourquoi les banques en ligne ne facturent que 2% de commission variable sans aucun fixe, un tiers moins chère que les établissements standards. Autre manque de clarté au niveau des récapitulatifs d’opérations où les commissions sont souvent dissimulées pour passer inaperçues. Sur la banque en ligne de la BNP par exemple, la somme débitée est mélangée à la commission masquant ainsi son coût réel et le taux de change appliqué.
Ces petites sommes ponctionnées quotidiennement sur des milliers d’opérations bancaires me poussent à croire que c’est peut-être un moyen comme un autre pour les banques d’accroître leurs bénéfices. En tout cas on est en droit de demander des comptes à notre banque, chose que je compte bien faire dès mon retour de voyage.

1 commentaire

  1. Laura

    Oui c’est assez blasant , c’est sûr, il faut avoir constamment les yeux rivés sur nos relevés et intervenir dès que cela est possible ,les banques nous ponctionnent au maximum, à quand le retour de l’argent sous le matelas!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf + 4 =