«

»

jan 16

Frontière Villa O’Higgins (Chili) – El Chaltén (Argentine) : une traversée à pied, à cheval ou à vélo via les montagnes

En descendant du bateau nous menant au début du chemin, les autres passagers venus faire une croisière sur le lac O’Higgins nous prennent en photos et nous applaudissent en nous souhaitant bon courage. Il faut dire que nous sommes chargés comme des mules : Guillaume peine à hisser les 30 kilos de son sac sur son dos, quant à Julie, on a du mal à la distinguer, dissimulée derrière son énorme sac de 80 litres. C’est ainsi que nous démarrons la traversée Villa O’Higgins au Chili à El Chaltén en Argentine à pied, par la seule voie existante. Comme nous, 5 autres cyclistes vont tenter l’aventure : les 3 français Jacques, Gilles et Émilie, et 2 argentins.

Plusieurs personnes nous avaient parlé de ce périple à travers les montagnes mais on se rend compte qu’il n’en reste pas moins marginal. Un trek dont la difficulté ne se ressent ni dans la distance (22km), ni dans le dénivelé (300m positif), mais plutôt dans le poids porté car il faut emporter avec nous l’intégralité de nos affaires plus le nécessaire de nourriture. À noter que pour les cyclistes, certains passages cabossés se transforment en cauchemars lorsqu’il faut charrier les vélos par dessus des troncs d’arbre ou au travers des rivières.
Voir le blog de Jacques.

Pour les intéressés, le parcours se détaille de la façon suivante : un accès par bateau depuis Villa O’Higgins à travers un fjord grandiose (42000 Pesos chilien – 65€), 22 km de marche sur un chemin assez facile, un autre bateau qui traverse le Lago Del Desierto et ses glaciers (130 Pesos argentin – 19€) – possibilité d’effectuer ce tronçon à pied (16km) en longeant le lac, puis un bus qui termine jusque El Chaltèn (37 km-140 Pesos argentin – 20€).

Tout cumulé cette option revient assez cher mais évite de faire demi-tour pour passer en Argentine, une fois arrivé à la fin de la Carretera Austral, dans le cul-de-sac de Villa O’Higgins. Et puis à quoi bon être venu jusque dans ce bled pour revenir sur nos pas ? Pour nous c’est tout vu, on tente le coup façon contrebandiers savoyards après l’annexion de leur région par la France !

Quelques centaines de mètres après le débarcadère, on passe une douane pour effectuer les formalités de sortie du Chili. Avec 7 personnes à enregistrer ce jour, les douaniers ne sont pas plus bousculer que d’habitude, ils prennent tout leur temps mais gardent un air sérieux !
Puis on attaque l’ascension d’un col, laissant derrière nous le lac O’Higgins. Désormais, nous rentrons dans une zone franche dans laquelle nous passerons 2 jours.

Au sommet du col, on aperçoit pour la première fois les majestueuses aiguilles du Fitz Roy qui jaillissent au dessus du reste. Il n’y a pas un nuage à l’horizon, ce qui accentue sa splendeur. On a la vallée pour nous tout seul et pour profiter de ce moment de liberté, on coupe le trajet en 2 étapes. Nous campons au bord d’un lac et admirons le coucher du soleil face au Fitz Roy.

Le lendemain, on entame une descente qui nous mène au poste de frontière argentin au bord du Lago Del Desierto. Un tampon de plus sur notre passeport nous ouvre les portes de l’Argentine et du parc national « Los Glaciares ». On grimpe dans un dernier bateau qui traverse le lac en 40 min et qui offre un spectacle grandiose sur les glaciers qui l’entourent.

La dernière partie est mois fun car pour éviter de payer un bus hors de prix, nous attendons 4 heures qu’une voiture nous prenne en auto-stop et nous dépose à El Chaltén, le terminus.

 

 

 

 

 

 

1 commentaire

  1. Dorothée

    Salut les Loulous!!
    Je vois que le périple c’est bien passé et que l’aventure a été au rendez-vous !! Vous n’avez en revanche pas croisé nos copains de l’estancia… dommage el cordero a la parilla aurait été une douce récompense!
    Vous avez l’air en pleine forme !
    Eclatez-vous bien!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 × = vingt sept