«

»

oct 21

La pêche miraculeuse de Guillaume, depuis le temps que je l’attendais…

Quelques jours avant notre départ, notre ami Bertrand a eu la bonne idée de nous offrir une ligne de pêche « Ça pourra vous servir dans les moments difficiles ». Une activité totalement nouvelle pour nous dont on ignore même le b.a.-ba. Bertrand, en bon coach, nous a laissé quelques petits conseils utiles pour une pêche fructueuse : appâts, lancer de ligne et nous a même fourni un petit dépliant avec les différents nœuds à connaître. A ce stade, je ne me doutais pas de l’importance du cadeau et de la vocation qui était en train de naître chez mon cher compagnon. Un enjeu, un défi, que Guillaume s’est imposé de relever tout au long de l’année, comme si notre survie en dépendait.

Une assiette restée vide pendant 1 an, 4 mois et 29 jours !

Bien que l’apprenti pêcheur soit formé à la théorie, la pratique est tout autre. Et malgré de longues soirées à patienter le bras tendu au bord de l’eau, à lutter contre les vents, le froid, la pluie, pas un seul poisson n’est venu se glisser dans mon assiette. Pourtant ce n’est pas faute de l’avoir encouragé et d’avoir cédé à ces nombreux caprices : achats d’appâts dans les boutiques spécialisées, ramassage d’escargot et de verre de terre, modification d’itinéraire à la recherche des rivières à saumons… Même avec toutes les chances de son coté, rien y fait : des côtes australiennes aux lacs de Patagonie en passant par les rivières d’Amazonie et celles de Nouvelle-Zélande, notre pêcheur en herbe rentre toujours bredouille. J’attend donc désespérément « la bonne touche » en profitant du spectacle pour me divertir et heureusement que le ridicule ne tue pas car il est vrai que certaines scènes sont dignes des meilleures comédies burlesques. Il va jusqu’à se jeter corps et âmes dans les eaux gelées de Nouvelle-Zélande pour sauver sa canne à pêche partie à la dérive, ou chavirant sa barque dans les eaux dangereuses d’Amazonie à cause d’une erreur de pilotage… Même si mon ventre est resté souvent vide, au moins je me serais bien marrée !

jusqu’au jour où…

Guillaume découvre la région des Llanos (Vénézuela) et ces grandes plaines inondées, idéales pour la pêche aux piranhas. Quelle aubaine pour le jeune sportif, porté par un espoir toujours plus vigoureux de flatter son ego et sa dulcinée. Nous partons donc pour douze heures de bus dans les plaines vénézuélienne à la rencontre de Don Juan et de sa ferme aux aires de Far-West, tout droit sortis d’un film des frères Cohen. L’endroit est magnifique, le soleil est de la partie, tous les ingrédients sont donc réunis pour marquer ce jour historique. On jette l’hameçon dans un petit étang derrière la ferme où notre hôte nous emmène. Guillaume sait que c’est son ultime chance de prouver ses qualités et de mettre à profit toute l’expérience acquise pendant ses entraînements acharnés. Et cette fois ça mort : Victorieux, il sort son premier poisson au bout de quelques secondes seulement. Pas de temps à perdre, je me précipite chercher l’appareil photo pour immortaliser l’instant. Le précieux cliché sera la preuve de son exploit, pas question de rater ça !
Il peut désormais se vanter d’avoir honoré son devoir d’homme de famille et sauvé sa dulcinée d’une famine certaine. La malédiction est enfin rompu et la gloire n’est plus qu’à savourer, enfin… Une victoire partagée tout de même car quelques minutes plus tard, je sors à mon tour un poisson, et plus gros que le sien. Je sens alors une petite pointe de jalousie de la part du héros du jour. En tout cas, même si cette pêche ne sera pas miraculeuse, mon Guigui peut désormais rentrer à la maison avec l’esprit tranquille et le sentiment du devoir accompli !

4 commentaires

Skip to comment form

  1. ghislaine

    L’honneur est sauf !!!

  2. Phil

    Ahhhhhhh! L’efficacité des mouches de Tramber….inégalables!!!

  3. LIS marielle

    il faudra initier à votre retour le père Dom qui à partir du 13 décembre pourra venir relever le défit, il ne pourra se retrancher derrière le temps qui pourrait lui manquer
    Une collègue de Dominique qui a beaucoup voyagé ….. grâce à vous !
    Bonne continuation et peut être bon retour pour bientôt
    Tout le monde doit maintenant être impatients de vous serrer dans leurs bras !!!

  4. laura

    il était bon ce poisson??? bien mérité en tout cas!!!! félicitations!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 + = neuf