«

»

sept 24

On a parcouru l’intégralité des Andes du Sud au Nord

Dix mois de périple en Amérique du Sud pour traverser l’intégralité de la Cordillère des Andes depuis l’extrême sud du Chili sur l’île de Navarino jusqu’à la côte Caraïbe au nord du Venezuela. Un voyage de 8000 km sans cesse renouvelé à travers des reliefs tout aussi spectaculaires que variés : glaciers infranchissables, volcans actifs, plateaux désertés, lacs cristallins, jungle impénétrable, villages isolés… Jamais lassés de ces beaux paysages, on a suivi cette cordillère tel un fil conducteur avec en ligne de mire les Caraïbes et ses lagons bleu-turquoise. Et c’est souvent à pied qu’on l’a apprécié le plus : lors d’une trentaine de treks, on aura foulé des chemins de randonné parfois balisés, parfois hors piste, traversant des rivières, franchissant des cols à plus de 5000 mètres d’altitude, taillant notre route dans la jungle et campant dans des endroits plus magiques les uns que les autres. De tous ces souvenirs on gardera en mémoire certains noms comme (voir photos) : la Carretera Australe (Chili), Huerquehue (Chili), le Fitz Roy (Argentine), Torres Del Paine (Chili), Navarino (Chili), l’Altiplano (Bolivie-Pérou), la Cordillera Blanca (Pérou), le Cotopaxi (Équateur), le triangle du café (Colombie), la Culata (Venezuela) pour n’en citer qu’une poignée.
Outre les paysages grandioses, on s’est découvert un intérêt pour la faune sauvage qui habitent ces régions. Sans cesse aux aguets, à la recherche du moindre crissement de feuilles, de la moindre trace au sol, on compte quelques rencontres insolites bien que les clichés soient rares : condors, aigles, guanacos, vicugnas, renards, colibris, singes, serpents, mygales…
On s’est aussi penchés sur les cultures que les populations sèment sur ces terres fertiles et quel plaisir d’en cueillir les fruits directement sur l’arbre ou dans la terre. Parmi les plus exotiques pour nous on peut citer le café, les avocats, les mangues, les ananas, les piments, le manioc ainsi que tout ceux dont on ne retrouvera jamais le nom.
Enfin la rencontre des peuples indigènes qui ont su s’adapter à l’altitude et à la rudesse du climat. Des cultures fortes et encore préservées comme les Quechuas ou les Mapuches qui conservent les traditions et leur mode de vie ancestrale. D’autres peuples aux noms mythiques comme les Incas ont battit d’incroyables citées perdues dont on visite les vestiges aujourd’hui et qui ajoute aux Andes une dimension historique.
La cordillère des Andes, une chaîne de montagne, des parcs nationaux, des peuples atypiques, une histoire riche vestige des civilisations passées, une faune et une flore variées… On comprend maintenant pourquoi ces montagnes nous ont tant séduit.

3 commentaires

  1. ghislaine

    C’est stupéfiant cette variété de paysages de montagne ! Bravo pour les photos !

  2. Hélène Tizorin

    Sublimes photos!
    Bonne continuation, bises

  3. Lucie

    Les paysages sont assez impressionnants, en tout cas bravo pour vos photos et pour votre exploit. La seule chose qui me dérange c´est le fait que vous ayez croiser des mygales, mais ça fait partie du jeu!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 + = onze