«

»

mai 19

Une nuit en camping sous une tempête

Malgré plus de 100 nuits passées en camping en moins d’un an, nous garderons celle-ci en mémoire comme la pire de toutes.

Contexte :

Au terme d’une journée de marche sur l’Isla Del Sol, au large du lac Titicaca, la soirée s’annonçait merveilleusement bien lorsque nous tombons sur une plage déserte au nord de l’île. L’endroit est rêvé pour une nuit en camping sauvage : plage de sable blanc dissimulée derrière une colline, ponton face à l’immensité du lac, puits d’eau potable à proximité… On monte le camp, Guillaume jette l’hameçon dans l’espoir de sortir une truite alors que Julie prépare le dîner. À la nuit tombée, le froid s’installe car nous sommes à une altitude de 3800 m et quelques nuages gris se forment au dessus de nos têtes. On se couche sans craintes, on en a vu d’autres en Patagonie…

Quand les éléments se déchaînent :

Une heure plus tard, des éclairs violents nous sortent de notre sommeil et nous font comprendre que l’orage n’est plus très loin, les ennuis non plus ! Une pluie diluvienne s’abat sur notre tente et ne tarde pas à se transformer en grêle. On jette un œil à l’extérieur, ça ne présage rien de rassurant car ça reste bien bouché. En 3 minutes, 5 cm de grêlons ont déjà recouvert le sol. On décide d’emballer nos affaires dans des sacs poubelles pour les protéger. Jusqu’ici on ne s’affole pas trop car la tente tient bon mais d’un coup une vague s’engouffre sous la toile de notre tente et balaye tout sur son passage. On flotte littéralement sur l’eau et la panique nous gagne. On comprend qu’un torrent s’est formé depuis le sommet de la colline et dévale jusqu’au lac. En quelques secondes, on sort de notre cocon et tentons de sauver nos affaires qui se font emporter en direction du lac. Pieds-nus dans la glace, à la lumière des éclairs, on récupère ce qu’on peut et déplaçons la tente sur les hauteurs avant de se réfugier à l’intérieur. Nous patientons dans notre abris de fortune inondé que la tempête se calme mais plus aucune sardine ne tend la toile et bientôt l’eau va s’infiltrer. Nous sommes de nouveau contraints de sortir fouiller dans le sable pour essayer de les retrouver. On en récupère 4, suffisamment pour tendre le double toit. On éponge l’eau qui stagne toujours à l’intérieur et posons des couvertures de survie pour nous isoler de l’humidité imprégnée dans les matelas et sur le sol. Celles-ci nous permettent tant bien que mal de dormir le reste de la nuit.

Constat :

Il a plu toute la nuit et au petit matin, c’est le moment de constater les dégâts. Globalement les sacs ont tenu bien que certaines affaires soient humides. Cependant il manque notre brûleur à gaz qui permet de cuisiner ; on soupçonne qu’il ait été emporté par le torrent. À tout hasard, on sillonne la plage au cas où les vagues du lac l’auraient échoué plus loin. Coup de chance ou bonne intuition, Julie le retrouve 100 m plus loin. À force de persévérance, on récupère même nos sardines en fouillant dans le sable !
Le soleil apparaît timidement entre les nuages ce qui permet de sécher nos affaires et nous remonte le morale après cette tempête. On se remet ensuite en marche pour la suite du trek et penserons à l’avenir à mieux appréhender le terrain sur lequel nous camperons.

5 commentaires

Skip to comment form

  1. dom syl

    nuit dantesque…mais souvenir impérissable sans aucun doute…soyez prudents malgré tout !
    bisous.

  2. Ghislaine

    Ce n’est pas de tout repos votre tour du monde !
    Grosses bises.

  3. Regine

    Profiter bien gros bisous à vous deux soyer prudent!

  4. taka

    Guillaume,
    I didn’t know you have a blog talking about your adventures. I’m so jealous about how brave you are.
    I keep following you, guys.

    btw: Your beard is definitely huge… NSA alert, dude.

    cheers
    taka

  5. Jordie

    Bonjour,

    Je me présente Jordie, journaliste pour la chaîne de télévision Voyage. Je recherche des témoignages de mésaventures de voyage… (vol, galère de papiers ou transports, catastrophe naturelle, maladie, accident, arnaques…) qui aient été filmées.

    En tombant sur votre blog, j’ai l’impression que vous regorgiez d’anecdotes de voyages… Peut-être êtes-vous intéressé par les raconter en interview ? Si c’est le cas hésitez pas à me contacter à jordie.zedprod@gmail.com

    Je vous remercie.

    Bien cordialement, Jordie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ un = 2